//Pranayama – Visualisation créatrice – Détente
Pranayama – Visualisation créatrice – Détente2021-11-25T16:12:07+01:00

Vous retrouverez ci-dessous une cinquantaine de pratiques en 3 phases : Respiration – concentration – Relaxation

Chacun pouvant être pratiqué de manière régulière pour profiter de leur bienfaits, n’hésitez pas à m’appeler si vous avez des questions.

 

Méditations

Chaque méditation est composée de 3 parties : un exercice de respiration, une concentration, une relaxation. Tous les exercices se pratiquent au moyen d’une inspiration et d’une expiration uniquement par le nez.

 

1 Cohérence cardiaque 4/6 x10

« La cohérence cardiaque consiste à faire six respirations par minutes durant cinq minutes » En détails, cela revient à inspirer 5 secondes puis expirer 5 – Pour cet exercice, faites 4 sec inspir – 6 sec expir

Concentration : prendre conscience des contours de notre corps, des volumes qu’il occupe dans l’espace de la pièce, des sons dans la pièce. Imaginer l’océan sombre d’infini d’avant la création et nous ressentir baignant dedans. Puis imaginer la formation de la terre, des continents, les montagnes et océans. L’apparition de chacun des règnes jusqu’à l’homme : minéral, végétal, animal. Prendre, de nouveau, conscience de notre corps.

Méthode SCHULTZ :

1 : décontraction musculaire > visualiser chaque membre (détailler) puis tous le corps de plus en plus lourd.

2 : décontraction vasculaire > au lieu de lourd, ça devient chaud.

3 : régulation cardiaque > prendre conscience des battements du cœur.

4 : contrôle respiratoire prendre conscience de la respiration qui se diffuse dans tous le corps.

5 : régulation des organes abdominaux et plexus solaire (ressentir les organes bien dans le corps) + douce chaleur au plexus.

6 : le front est agréablement frais et léger.

 

2 Eveil de la conscience psychique et expansion de conscience 

Ressentir chacun des membres, sentir la vie dans chacun. Ensuite prendre conscience que tout le corps respire, circulation du sang, fonctionnement du cœur. Lorsque l’état émotionnel est stable. Tous les flux énergétiques circulent impeccablement des orteils au somment du crane.

Concentration : ressentir l’amour en nous et nous rendre dans un lieu connu, en conscience. Se projeter dans le lieu avec les 5 sens, dédoublement.

Relaxation : Nadi shodhana mental en se focalisant sur un point sous le nombril.

 

3 Respiration du corps

Respirer par le pied droit : inspirer en suivant le côté droit du corps jusqu’au centre de la tête. Expirer en suivant le même chemin mais en redescendant dans le pied gauche. X10. Puis x10 dans l’autre sens. On finit par 5 respirations, on inspire, on remplit le corps jusqu’aux pieds puis à l’expire on se vide.

Concentration : Apres avoir marché sur un chemin de campagne, tu arrives à une petite colline que tu grimpes. Tu arrives sur une prairie dans laquelle tu vois un château avec 7 portes de couleurs différentes. Tu en choisis une. Tu entres dans un vestibule, tout est de la même couleur. Au fond il y a une seconde porte que tu ouvres : tu arrives dans une grande salle de la même couleur. Tu te promène un peu, tu regardes les objets, tu les touches et tu les sens. Tu vois une sorte de grand canapé ou fauteuil confortable, tu t’’assieds dedans et tu te laisses baigner, imprégner par la couleur. Tu marques ensuite l’intention de vivre cette couleur toute la journée. Tu te lèves et tu ressors. Tu refais le chemin inverse, pièce, vestibule, château, prairie, colline, sentier et retour dans la pièce pour finir dans ton corps.

Relaxation : méthode Jacobson : inspire et rétention : contraction des muscles ; à l’ expire tout relâcher. Faire chaque bras puis les 2 ensembles. Pied gauche et mollet. Puis droite. Puis les 2 ensembles. Puis le buste avec les abdominaux et pectoraux (3resp par partie).

 

4 Exercice d’ancrage :

Tu inspires de la lumière dorée par la fontanelle jusque dans le sol. A l’expire, elle remplit tout le corps. X10. Par la zone qui touche le sol tu inspires de la lumière verte brillante et à l’expire elle remplit le corps. X10. Puis les 2 ensembles x5.

Concentration : On se rend dans une forêt, vous vous promenez, vous respirez l’air, vous entendez les bruits de la nature. Choisir un arbre, se diriger vers lui. A proximité, enlever les chaussures et avancer pour enlacer l’arbre. Ressentir le contact, la température, la rugosité … Et tenter de trouver des correspondances entre l’arbre et soi. Sang/sève, respiration poumon/feuille, rejet du gaz carbonique que l’arbre transforme… Prendre conscience que s’il y a de la vie en nous, il y en a aussi en lui et ressentir le principe de l’éternité de l’arbre.

Relaxation : Do in sur les mains. |Tourner les poignets, doigts vers l’arrière, tirer les doigts, pincer entre les doigts, tour dans la paume + masser la paume (sens des aiguilles d’une montre), tapoter le crane avec poings. |Régénère la vessie, les reins, constipation, hémorroïdes, prostate, agit sur les règles douloureuses.

 

5 Kriya yoga du ventre. 3/4fois chaque exercice.

Technique : 4 séries de kriyas destinés à stimuler les organes abdominaux.
Ces Kriyas se pratiquent couché sur le dos aussi plat que possible contre le tapis. Si le bas du dos ne touche pas, replier un peu les jambes, pieds au sol et genoux serrés. Entre chaque kriyas, étendre les jambes et se relaxer.

1° Kriya : S’effectue poumons vides.
Expirer à fond (vraiment à fond) puis, en rétention de souffle, rétracter le ventre et rester le plus longtemps possible sans inconfort.
Effectuer Uddiyana Bandha : Le thorax s’ouvre, le diaphragme remonte, donc le ventre est creusé. Quand le corps vous informe qu’il voudrait ré-inspirer, laissez lentement pénétrer l’air dans les poumons ; ne relâcher jamais brusquement, la kriya, car l’air ferait une brutale irruption dans l’appareil respiratoire.
Répéter le même processus une seconde, puis une 3° fois puis, se relaxer en respirant normalement.

2° Kriya : S’effectue également poumons vides.
Après avoir vidé complètement les poumons, retenir le souffle puis successivement rétracter et relâcher le ventre au maximum ; un mouvement de va et vient par seconde en moyenne ( environ 10 à 15 mouvements complets (rétraction et relâchement) dans une seule rétention de souffle.
En même temps, les organes abdominaux sont énergiquement barattés. Reprendre de l’air quand l’organisme le réclame. Puis, 2 ou 3 respirations normales avant de reprendre une 2° et une 3° fois.
Enfin, se relaxer à nouveau, en respirant normalement.

3° Kriya : Se pratique poumons pleins.
Expirer puis inspirer. Retenir poumons pleins et durcir modérément la sangle abdominale, puis repousser les organes comme si on voulait ballonner le ventre. Conséquence de cette action antagoniste : D’une part, le ventre, repoussé par le diaphragme voudrait se ballonner ; d’autre part, la sangle abdominale tendue l’en empêche.
Ces 2 actions en sens contraire augmentent la pression dans le ventre, ce qui est le but recherché. Maintenir cette pression pendant toute la durée de la rétention du souffle. Dès que cette rétention cesse d’être confortable, expirer lentement par les 2 narines.
Se relaxer. Faire 2 ou 3 respirations normales puis reprendre la kriya une 2° et une 3° fois (cette kriya est l’antithèse de la première).

4° Kriya : Poumons pleins.
Expire ; inspire. Retenir le souffle en gonflant l’abdomen puis le rétracter. Répéter plusieurs fois sur une même rétention de souffle ; puis, lorsqu’elle cesse d’être confortable, vider lentement les poumons. Faire ensuite quelques respirations normales. Répéter le tout 2 ou 3 fois puis, se relaxer. (cette kriya est l’antithèse de la 2°)

Contre indications : Affections graves et aigues des organes abdominaux.
Ces kriyas ne doivent pas provoquer de douleurs dans l’abdomen.

Effets bénéfiques : Les organes abdominaux, le ventre – usine où notre organisme se reconstruit en permanence- est le bénéficiaire de ces kriyas.
Il est étiré, comprimé, décongestionné, massé, tonifié.
C’est un excellent massage du plexus solaire (considéré comme le cerveau abdominal)
Les personnes anxieuses, crispées ont souvent le plexus solaire congestionné, ce qui leur donne des problèmes du tube digestif, des constipations, des diarrhées ; Donc, c’est excellent pour ces problèmes !

Circulation sanguine
Les kriyas (surtout poumons vides) accélèrent et amplifient la circulation veineuse de retour (plus encore que Uddiyana Bandha debout)
Dans un corps à l’horizontal, le sang veineux ne doit pas lutter contre la pesanteur pour refluer le thorax ( cœur et poumons). Cet appel du sang veineux, en provenance de l’organisme, est éminemment bénéfique, en recyclant des masses de sang, pour les purifier dans les poumons et les renvoyer, enrichies de prâna, revitaliser toutes les cellules du corps.
L’organisme ainsi drainé de son sang encrassé et approvisionné en sang frais, est tonifié.

Cœurs et poumons
Le 1° bénéficiaire de l’alternance « dépression- compression » intra thoracique et abdominale, produite par les kriyas, est
le diaphragme- notre 2° cœur- qui est mobilisé, de même que le tissu pulmonaire, dont l’élasticité est conservée.
De plus, les kriyas stimulent toutes les alvéoles pulmonaires ; un nombre considérablement accru d’alvéoles participent à l’acte respiratoire, ce qui vitalise le corps.
Par ailleurs, le cœur est doucement massé par les mouvements du diaphragme et les variations de pression dans les poumons qui l’entourent.
Donc, une meilleure nutrition du myocarde qui favorise le bon fonctionnement du cœur qui travaille dans de meilleures conditions.
Excellent pour les personnes qui ont des problèmes cardiaques avec une pratique plus importante de ces kriyas mais avec une réduction de durée et d’intensité (donc, pour ces personnes, plus de kriyas mais moins intensifs).

Concentration : Sentir son corps. Choisir un événement passé qui nous a blessé et le revivre : sensations du corps, émotion. Dans un 2em temps on le revit mais on le perçoit différemment pour mettre de la lumière dessus. (Nous créons la blessure, ce n’est pas l’événement qui la crée.) Tu mets de la lumière blanche pour nettoyer. Puis le ressentir à nouveau avec la nouvelle perception.

Relaxation : Envoyer la lumière vers le visage, les membres, les organes, les viscères sans oublier la peau, et ressentir ses bienfaits.

 

6 Samavritti x10 – respiration carrée

On utilise la respiration abdominale ; il faut gonfler son abdomen sur l’inspiration et le vider en expirant. Tout est fluide, il n’y a aucun à-coup, on ne force pas, on se laisse aller. Il faut inspirer et expirer par le nez.
Les 4 phases de la respiration carrée (augmenter le temps de chaque phase quand vous êtes à l’aise, par ex 5sec pour chaque):

Inspiration – 4 sec / Rétention poumon plein – 4 sec / Expiration – 4 sec / Rétention poumon vide – 4 sec

Concentration : sur la colonne vertébrale, prendre conscience de l’empilement de vertèbres et du fait qu’elle supporte notre dos. Détailler en visualisant : 7 cervicales, 12 thoracique/dorsales, 5 lombaires, 5 sacrées, 4 coccygiennes. Donc 33 vertèbres. Elle abrite la moelle épinière, supporte la tête et transmet le poids du corps jusqu’aux hanches. On prend conscience des différentes énergies qui la parcourent, et du fait que chacune de nos vertèbres est reliée à un organe, un viscère ou une partie du corps.

Exemples : L4 : nerf sciatique, muscles lombaires / T10 : reins / T6 : système digestif, estomac, plexus solaire.

Relaxation : Visualiser toute notre colonne vertébrale en prenant conscience de ses fonctions, son importance et des liens qu’elle a avec toutes les autres parties du corps. On relaxe le dos. A l’inspire on accumule une énergie douce et chaude au niveau du thymus/cœur, à l’expire on la laisse se diffuser partout en commençant par la colonne vertébrale.

 

7 Kapalabati x20

Dans la respiration normale, l’inspiration est active et l’expiration est passive.
Dans Kapalabati, l’expiration devient un phénomène actif par contractions rapides de l’abdomen, tandis que l’inspiration se fait passivement par simple relâchement des muscles de l’abdomen.
« Imaginez que vous voulez chasser une poussière posée sur le bout de votre nez en soufflant vivement par les deux narines».
C’est une respiration nasale qui donne un effet de soufflet permettant de nettoyer toutes les voies respiratoires.
Elles clarifient aussi la présence d’esprit par l’action sur les centres nerveux supérieurs et effectue un massage abdominal. Cette technique purifie le sang de ses impuretés et équilibre les systèmes respiratoire et circulatoire.
(source : Sri Mahesh « yoga et symbolisme »)

Kapalabati signifie « le crâne brillant ». Ce nettoyage par le souffle oxygène le cerveau et ouvre les circuits énergétiques qui sillonnent le corps, les nâdi.

Concentration :On se rend dans une prairie longée par une rivière. On sent le soleil sur la peau.. On ressent l’air sur la peau, dans les narines … Puis l’eau en s’immergeant dans la rivière. S’allonger ensuite sur le sol et ressentir la terre qui nous supporte. Les éléments s’ajoutent.

Relaxation : Inspire de l’énergie par la fontanelle, elle remplit tous notre corps jusqu’aux paumes de mains qui sont ouvertes vers le haut. On voit et on ressent l’énergie nous envelopper et se répandre dans toute la pièce et même au-delà. Relaxe de plus en plus sur chaque expire.

 

8 Bandha traya x10

Posture qui combine le mûla-bandha, le jâladhara-bandha et l’uddîyâna-bandha

mûla-bandha :

Asseyez-vous au sol sur les ischions (petits os sous les fessiers). Placez-vous en posture de papillon les jambes pliées et ouvertes sur le côté, les pieds collés l’un contre l’autre. Vous pouvez reposer les mains sur les pieds. Fermez les yeux si vous le souhaitez.

Ne laissez pas partir le dos en arrière, grandissez la colonne. Pour cela, pressez les pieds l’un contre l’autre. La poitrine est ouverte. Poussez les ischions dans le sol pour être enraciné dans la Terre. Inspirez, appuyez un pied contre l’autre, activez légèrement le nombril en rentrant légèrement le ventre. Le bassin se soulève. Contractez les muscles du périnée (comme pour se retenir d’une envie pressante). Retenez votre souffle pendant un instant et imaginez l’énergie remonter le long de la colonne vertébrale jusqu’au sommet du crâne. Expirez, relâchez le corps, relâchez le périnée. Recommencez, inspirez pressez fermement les pieds l’un contre l’autre. Contractez Mula Bandha, serrez les muscles du périnée. Retenez votre souffle quelques instants, sentez l’énergie remonter le long du dos. Expirez, relâchez le périnée. jâladhara-bandha Asseyez-vous tout simplement en Sukhasana (jambes croisées en tailleur) , en Siddhasana, en Vajrasana (diamant), virasana (héros) bhadrasana, Guptasana ou Padmasana (lotus) . Ce verrou peut être effectué après l’inspiration ou l’expiration.  Inspirez et retenez la respiration. Placez les mains sur les genoux,roulez les épaules en arrière, étirez la nuque légèrement vers l’avant en gardant le dos droit. Allongez la colonne vertébrale, détendez vos épaules et levez le sternum. Pressez fermement le menton vers la poitrine ou vers les clavicules de façon à créer une pression ferme au niveau de la trachée artère et de l’œsophage.  Concentrez-vous sur le Chakra Vishuddha (le chakra de la gorge) et retenez le souffle aussi longtemps que possible d’une manière confortable, sans avoir de tensions dans la nuque. Relevez la tête et sur une longue expiration et revenez dans la position de départ. uddîyâna-bandha Après une inspiration profonde, on expire rapidement, bruyamment, presque brutalement, par la bouche. Dans le même temps, pour mieux chasser complètement l’air des poumons, on comprime la cage thoracique en arrondissant le haut de la colonne et en inclinant encore plus le buste vers l’avant. Puis on retient le souffle en gardant les poumons vides. On soulève alors le diaphragme comme si on voulait prendre une inspiration, mais sans faire rentrer aucun air dans les poumons. Les viscères abdominaux sont alors tirés vers l’arrière puis aspirés vers le haut et, plaqués contre la colonne vertébrale, comme le dit le Hatha Yoga Pradipika. Le ventre apparaît complètement vidé. Après quelques secondes de rétention du souffle, on relâche d’abord les muscles de l’abdomen , le diaphragme avant d’inspirer. Comme nous venons de rester quelques secondes en apnée, afin de refaire le plein en oxygène, nous prendrons trois respirations complètes avant de commencer un nouveau cycle. Pendant la pratique, il est important de rester concentré, sur le soulèvement maximal du diaphragme, et on veille à ne pas laisser son dôme s’affaisser.

Concentration :Différence entre douleur et souffrance. Qu’est-ce que la douleur, qu’est-ce que la souffrance ? La douleur concerne le corps, la souffrance plutôt lié à l’émotion. Trouver une douleur dans le corps et la ressentir. Quel sentiment cela procure. Idem avec une souffrance. Comparer les deux pour voir laquelle conditionne/détermine notre comportement. Laquelle nous affecte le plus ?

Relaxation : on envoie de la lumière dorée sur la douleur puis de la lumière blanche. On envoie de la lumière blanche sur la souffrance. On laisse cette couleur envahir notre corps et notre être entier.

 

9 Respirations profondes et neutre, même inspire que expire. Ressentir le plaisir de respirer.

Concentration :(Méditation de St Séraphin De Sarove, l’hésychasme.)

Avant de parler de la prière du cœur, apprend d’abord à méditer comme une montagne et demande lui comment elle fait pour prier. (Stabilité, enracinement de l’assise)

Maintenant, il ne s’agit plus de méditer comme une montagne stérile, apprends à méditer comme un coquelicot, mais n’oublie pas pour autant la montagne. (Apprendre à s’orienter vers le soleil, jusqu’au plus profond de nous-même.)

Apprends à méditer comme l’océan (méditer c’est respirer profondément, se laisser être le flux et le reflux du souffle).

Apprends à méditer comme un oiseau (savoir murmurer, respiration avec la glotte « Ujjayi »)

Après avoir médité comme les règnes, apprends à méditer comme un homme (conscience)

Relaxation : relaxons nous et apprécions pleinement cet instant, et en conscience intériorisons nous au moyen d’une douce respiration et dans une bonne assise.

 

10 Nadi shodhana 5/10x

Ce pranayama utilise traditionnellement un mudra qu’il est possible de changer selon le travail que l’on veut réaliser.

Le pouce droit se poste contre la narine droite, l’index et le majeur sont posés sans pression entre les sourcils. L’annulaire est contre la narine gauche.

Inspirer profondément puis relâcher avec douceur en libérant vos deux narines.

Il faut ensuite boucher la narine droite et inspirer par la gauche. Faites une légère rétention du souffle.

Cette fois, on bouche la narine de gauche puis on expire par celle de droite. Là encore, il faut réaliser une légère rétention de son souffle.

Inspirer avec la narine droite, puis retenez votre souffle.

Boucher la narine droite et expirer de la droite.

C’est l’ensemble de cet exercice qui est appelé un cycle. Entre chaque cycle, il est nécessaire de faire une courte rétention.

Concentration : Se visualiser près d’une rivière bordée d’arbre. Voir l’eau qui frissonne puis qui forme de légères vagues. Les feuilles d’un arbre proche frissonnent également. Prendre conscience que toutes ces manifestations sont la partie visible d’une cause encore pour nous invisible. Que peut-elle être ?

A présent, un vent se lève, des nuages remplissent tout à coup le ciel et de grosses gouttes tombent, s’ajoutant au frémissement de l’eau. Tous ces éléments semblent être la cause des manifestations précédentes. Mais ne sont-elles pas elles même les manifestent d’une autre cause pour nous toujours invisible ?

Considérons à présent, nos actions du jour précédent : de quelles causes sont-elles les manifestations et de quelles conséquences ont-elles été la cause ? Procéder de même quant à notre état émotionnel. Revenir à l’instant présent.

Relaxation : on se relaxe en respirant calmement et en prenant conscience que cette respiration sera la cause de toutes nos pensées, paroles et actions. Ressentons que nous allons être en mesure de maitriser les éléments de notre journée.

 

11 On inspire de l’énergie vitale, à l’expire elle remplit tout notre corps et vivifie tous nos organes, viscères, cellules… x10

Concentration :Nous allons porter notre attention sur notre système sanguin : circulation, circuit effectué par le sang. Ressentir de l’amour pour notre sang, tout en prenant conscience que l’amour mène toujours à la connaissance. On va se poser les questions suivantes : qu’est-ce que le sang, c’est un mystère. C’est lui qui fait battre le cœur et non l’inverse. (Opérations à cœur ouvert : on s’est aperçu qu’en retirant le cœur quand il n’est plus connecté au sang, il vit grâce au sérum physiologique mais ne bat pas.) De quoi se compose-t-il ? De plasma (partie liquide, rouge qui contient de l’eau, sel minéraux, vitamines, éléments nutritifs). On le visualise et inspire de la couleur rouge pour le vivifier.

Il se compose aussi de cellules (globules rouges et blancs, plaquettes responsables de la coagulation) Faire le lien avec le plasma. Ressentons que bien que composé d’éléments différents, le sang forme un tout. On le vivifie.

Considérons tout ce qui concourt à sa circulation : cœur, poumons, vaisseaux et foie avec sa veine hépatique.

Relaxation : On se relaxe, on respire calmement et on ressent comme le sang et tous le système sanguin est apaisé, régénéré.

 

12 Kumbhaka – Rétention su souffle – retenir une dizaine de seconde 3/4fois.

Concentration :Sur quelques grandes respirations, plongeons au plus profond de nous-même dans un grand vide ténébreux. Situé en quelque sorte « derrière » nos fonctions organiques et vitales. Là nous trouvons une petite source lumineuse endormie. Réveillons-la doucement avec amour en en prenant conscience. Ayons maintenant la volonté, l’intention de la faire croitre et de l’amener au grand jour ; Sur l’inspire, faisons la monter au niveau du thymus et concentrons-nous au maximum sur cet endroit, condensons-la et sur chaque expire dirigeons-la en direction d’un objet que nous aimons, puis sur un évènement du passé, du présent, un souhait à réaliser et que nous voyons se réaliser, dans un futur lointain.

Relaxation : Massage du visage Do-in

 

13 Mains sur le cœur. Inspire + expire bras en croix. Inspire : on tire les bras en croix vers l’arrière. Expire : on revient mains sur le cœur.

Concentration :Qu’est-ce que l’espace pour nous ? N’est-il pas infini ? Vérifions. Elevons nous au-dessus de notre corps, de notre maison ; de notre ville, de notre pays, de notre continent, jusqu’à ne plus voir la terre de la taille d’une balle de pingpong. Observons-la, comme elle est petite et restreignant l’espace dans lequel nous vivons. Elevons nous encore et prenons conscience qu’aucune limite spatiale n’existe plus. Puis revenons dans la pièce et posons-nous la question : ne serait-ce pas notre conscience qui nous ferait rester entre ces murs, notre mental qui en ferait une grande / petite pièce ?

Considérons à présent le temps. Eugène Canseliet : « le temps c’est de la matière », donc il est relatif. On en prend conscience, il peut être long, court, ennuyeux. Comme on l’a vu pour l’espace infini, ne serait-il pas aussi éternité ?

Relaxation : Massage des pieds Do-in

 

14 Shanti Mudra x5/6 – le geste de la paix

Pointez les deux mains en direction de l’abdomen (paumes à l’intérieur)

Expirez en essayant de contracter le muscle relevateur de l’anus (Mula Bandha).

Relâchez doucement le muscle relevateur de l’anus (vous dénouez Mula Bandha). Inspirez en laissant bomber légèrement le ventre.

Les mains s’élèvent en même temps que le souffle. Les doigts sont toujours pointés vers le bas.

Le souffle atteint le plexus … Placez les doigts à l’horizontale, les mains se font face. Écartez largement l’accordéon des côtes, les mains montent régulièrement.

Le souffle atteint la zone claviculaire … Vous surélevez le thorax …

Les mains continuent leur ascension en un mouvement lent, régulier, harmonieux; elles passent devant la gorge et le visage.

Votre inspiration est achevée, vous bloquez le souffle. Les mains s’écartent, coudes légèrement repliés vous les élevez souplement au-dessus de la tête.

Les mains s’immobilisent enfin, paumes tournées vers le ciel. Le visage renversé, les yeux fermés en direction d’un soleil réel ou imaginaire … vous prononcez mentalement le mot « paix» ou « chânn … ti, ti » si vous le préférez.

Profitez de ce moment. Les mains et le visage regardent vers le ciel. Le mot « paix» (shan-ti) envahit votre conscience. Le souffle est suspendu (ne pas excéder vingt secondes chez les débutants). Alors une transmutation s’opère, qui vous affranchit de vos regards habitués, touche votre « Je essentiel », Le corps se fait prière, le corps se fait offrande, chanson accordée à la mélodie continue de l’univers.

Vous expirez en reprenant le même parcours en sens inverse. Le thorax s’abaisse, les côtes se rejoignent, le ventre se creuse. Les mains accompagnent.

Concentration : Cherchons à communiquer de manière non verbale avec un spécimen de chacun des 4 règnes. On commence par choisir un minéral, réel ou non, que nous avons déjà pu côtoyer, toucher. Que nous communique-t-il (chaud froid lisse rugueux brillant) et que lui communiquons-nous (chaleur, odeur, état d’âme..) ? Même travail avec un végétal (que nous indique sa couleur, son odeur, son emplacement dans la nature, son type de feuillage) et que lui communiquons-nous (conscience, connaissance, amour..). Choisissons un animal, que nous communique-t-il de par sa fourrure, son plumage, nous indique le climat d’où il vient, son mode de déplacement, son cri..

Enfin un être humain, que ressentons nous quand nous le voyons, touchons, sentons, que représente il pour nous ? Que souhaiterions-nous lui communiquer ?

Relaxation : Automassage circulaire assez ferme (sens horaire) du thymus puis plexus solaire. Immunité. Dénouer les émotions, carrefour nerveux.

 

15 Après avoir profondément inspiré, tout relâcher sur une longue et dynamique expire avec au final l’intention et le ressenti de descendre de plus en plus profond en soi. X10

Concentration : Nous nous projetons dans un petit village imaginaire, on prend le temps de se promener. Au détour d’une ruelle, une petite maison attire notre regard. Quelle en est la raison ? Puis avec notre curiosité, nous décidons finalement de nous en approcher. Nous percevons une porte de bois ouvragée, pendant quelques instants on en détaille les motifs. Nous ouvrons la porte et découvrons derrière celle-ci un escalier de pierre composé de 8 marches. On les compte. Attention parce qu’il fait sombre, nous les descendons donc précautionneusement. En bas, une nouvelle porte que nous ouvrons donne sur une salle spacieuse avec une odeur agréable, un décor sobre mais beau. Au centre se trouve un fauteuil, nous prenons place. A notre droite une bibliothèque ouverte contenant de nombreux livres. A notre gauche, une table recouverte d’outils et ustensiles. Parmi tout ceux-ci, l’un d’eux attire notre attention car il nous est inconnu. Nous nous levons, allons le voir de plus près, le prenons dans nos mains et intrigués après l’avoir tourné et retourné afin d’en savoir plus, nous nous dirigeons vers la bibliothèque. Là se trouve des livres de toutes tailles à propos de sujets divers. Nous les inspectons du regard et de la main. L’un d’eux tombe de l’étagère et sur sa couverture, nous voyons l’objet inconnu en question. Nous regagnons le fauteuil, nous lisons attentivement le descriptif de l’objet, son utilité … Soudain, cela nous donne une idée de création ou la réalisation d’un projet resté en plan ou encore un usage quotidien. Après un moment, nous remettons le livre à sa place, regagnons la porte et sortons la tête pleine de pensées constructives avec la certitude que quelque chose d’utile verra prochainement le jour.

Relaxation : Vivifions notre cerveau au moyen de la lumière blanche. Insp > lumière blanche dans le thymus / exp > l’envoyer dans la tête pour nettoyer.

 

16 Respirer profondément en imaginant qu’il s’agit du vent du large. Ressentons ce que cela procure (large infini).

Concentration : Visualisons nous comme un saumon dans un vaste océan afin de remonter jusqu’à sa source d’amour illimité. Nous arrivons à l’embouchure d’une grande rivière, celle de l’amour. Sentons glisser sur nous des courants d’empathie, continuons notre chemin vers l’amont en nous laissant guider par de nombreuses occasions et défis que nous rencontrons dans les eaux de l’expérience. Puis nous arrivons dans un bassin profond, celui des eaux de « je vais » qui ouvrent la voix aux pensées de « je ne peux pas », que nous transformons en « je peux et je vais », en nous donnant le pouvoir de tout ce que nous voulons, tout en choisissant de vivre nos idéaux, même les plus élevés. Après avoir traversé tous les remous de la vie, gagnons la rive de la certitude. Continuons à nager afin d’arriver à un beau et grand lac d’altitude ; celui de « je suis adorable », où nous nous nettoyons du doute et de la dévalorisation car l’amour est notre droit de naissance. Après l’acceptation de soi, nous arrivons aux cascades de l’action efficace ; ici l’eau nous débarrasse de toute inertie, lassitude, hésitation. Prenons à présent conscience que nous pouvons être maître des événements de notre vie si nous en avons la ferme intention. Nous arrivons maintenant dans un ruisseau calme, tranquille, celui de l’instant présent dans lequel nous abandonnons tout attachement aux événements du passé et faisons l’expérience des eaux de la vie telles quelles sont. Nettoyons-nous de toutes les limites qui nous ont été imposées et de celles que nous avons mises en place et gouttons dès à présent l’instant de la réalisation de notre rêve ; visualisons le clairement et précisément. Tout en nageant sur la rivière de l’amour, nous parvenons au bassin de l’abondance et redécouvrons le paradis tout autour de nous et en nous-même qui donne sans rien retenir et ressentons au plus profond le sentiment de joie. Finalement, arrivés devant une chute de la peur, bondissons par-dessus et embrassons la perfection et l’unité avec tout ce qui existe afin d’arriver à la source des eaux de « chez soi » claires et douces. Baignons nous dans ce bassin de paix.

Relaxation : Relaxons-nous dans ce sentiment et voyons nous empli de lumière.

 

17 Effectuons des respirations profondes jusqu’à parvenir à une respiration fine et calme. Diminution du flux.

Concentration : Intériorisons notre environnement, et sans effort, au niveau de notre cœur, percevons tout cela. Tout d’abord, recevons en nous l’aspect vibratoire du lieu où nous nous trouvons, puis le détail de l’un des objets. Tentons maintenant de nous sentir le centre de tout cela, son élément ordonnateur ; et laissons chacun des éléments du décor nous raconter son histoire. Prenons conscience à quel point tout ce qui nous entoure est vivant. Entrons en communion et ressentons que nous faisons partis de ce tout et que, quelque part, nous ne sommes jamais seuls.

Relaxation : Tout en respirant calmement, ressentons en nous la paix, l’amour, la joie l’harmonie. Ayons l’intime conviction que nous sommes capables de tout transformer afin de recréer un monde qui nous convient. Car nous vivons dans le monde que nous créons.

 

18 Nadi shodhana 5 aller/retour (voir supra).

Concentration : Après avoir pris conscience de tout ce qui nous entoure, posons-nous la question : est-ce une présence réelle ou l’illusion d’une présence ? Acceptons momentanément que ces objets ne sont peut-être que du vent et que nous sommes seuls au milieu de tout cela. Peut-être flottons nous dans un monde factice. Revenons à présent à nous-même et à notre personnalité incarnée et tentons de répondre à ces questions : de quel isolement ai-je surtout peur et pourquoi ? Suis-je prêt à le vivre pour le dépasser ? Faut-il véritablement dépasser toutes ses peurs car certaines ne sont pas gênantes. Certaines constituent même des gardes fous : Imaginons-nous ne sachant pas nager et n’ayant pas peur de sauter d’une falaise dans l’eau. Imaginons-nous ne pas avoir peur du feu. A présent, revenons en conscience dans le lieu où nous nous trouvons et constatons que tout est bien réel, ce qui nous entoure et nous-même. Ressentons que tout vit et interagit en permanence.

Relaxation : A partir de notre thymus, remplissons tout l’espace dans lequel nous sommes, d’une lumière de la couleur de notre choix et baignons dans celle-ci en parfaite harmonie avec notre environnement.

 

19  Respirations profondes avec inspire et expire de la même longueur, sans forcer et sans rétentions. Sur chaque expire ressentons que notre corps s’expanse et que dans ce volume en expansion, la vie grandit et, ce, perpétuellement (temps) et à l’infini (espace).

Concentration : S’inscrit, devant nos yeux grands ouverts, la phrase : « l’impossible est une absurdité, le beau fait partie intégrante de mon essence. » On la lit plusieurs fois. (Mental ou à haute voix) Explorons chacun de ces termes puis la formule dans son entier. Impossible ? Absurdité. ? Beau ? Essence ? ET enfin intégrons-la et gardons-la inscrite sur notre tableau mental. Amenons à présent cette formule au niveau de notre cœur et après quelques instants ressentons à cet endroit sa luminescence sous la forme d’un petit soleil. Laissons le vivre de lui-même et sentons le palpiter : il est la force avec laquelle nous allons rendre tout possible. (Pensons à un évènement qui nous semble impossible à réaliser et vivifions-le). Laissons doucement croitre ce soleil, percevons et ressentons en nous sa lente dilatation, son rayonnement dépasse les limites de notre corps et s’expanse tout autour de nous.

Relaxation : Reposons nous dans cet état de douceur lumineuse, de sécurité et de certitude.

 

20   10 respirations avec double rétention de 10secondes ( à l’insp et à l’exp.)

Concentration : Prenons conscience de la stabilité de notre posture. Après quoi, établissons un rapport paisible avec la globalité du lieu où nous sommes (objets, bruits, atmosphère, odeur…) Au creux de nos paumes tournées vers le haut : ressentons une petite sphère de lumière rouge et chaude dans la gauche et une bleue et fraiche dans la droite (petit temps de concentration). A présent, joignons les paumes en prière sur une inspire, tout en prenant conscience de l’immense douceur qui nous envahi. Portons notre attention sur un rayon de lumière violette montant de nos mains jusqu’au-dessus de nous. Laissons-la illuminer un objet de notre choix puis gagner toute la pièce.

Relaxation : Relaxons-nous dans cette position et cette lumière violette, quel est l’état de nos pensées en ce moment ? Fixons le programme de notre journée.

 

21 Samavritti (voir supra)

Concentration : Commençons une introspection : pourquoi voulons nous le bien du monde ? (ressentis). Soyons sincère dans notre réponse. Peut-être pour nous y sentir bien, par refus des injustices, des souffrances ? Essayons de trouver le pourquoi du pourquoi : par amour, par peur ? Finalement, ne ramenons-nous pas tout à la conception que nous nous faisons du monde ? Notons le parcours de notre mental : excuses, accusations, culpabilité… Au terme de notre voyage intérieur, nommons le point de rouille majeur décelé (vanité, peur, domination, égo…)

Après la séance dessinons sur un papier la plus belle fleur qui soit pour nous et conservons-la sur nous.

Relaxation : Relaxons nous et comparons notre état d’être actuel avec celui de départ (légèreté, libération ?)

 

22 Bandha traya (voir supra)

Sans crispation ni volonté de jugement, déterminons la nature de ce que nous nous reprochons le plus. Que nourrissons-nous à notre encontre et qui est à la base de notre « souffrance ». Cette souffrance peut être la colère, le ressentiment … Nommons ce reproche afin de bien l’identifier car tout ce que nous amenons à la lumière ne constitue plus un obstacle.

Ressentons tomber sur nous une pluie fine, légère et rafraichissante et relaxons nous.

 

23 Eveil de la conscience psychique (ressentir la vie dans chaque partie du corps).

Concentration : Plaçons notre conscience dans un endroit de notre corps. A partir de là, regardons tout notre corps de l’intérieur puis effectuons le même travail en partant d’un autre point et comparons. A présent descendons dans notre âme et regardons nous un instant de l’intérieur, avec nos faiblesses révélées ou cachées, avec nos qualités extériorisées ou latentes. Puis posons-nous cette question : que cherches-tu ? Notons les hésitations, les réponses parfois contradictoires ou confuses qui se présentent à nous. Retrouvons la paix et le silence de notre mental, puis calmement reposons nous la même question et si une réponse nous semble satisfaisante, acceptons la pour vrai et reprenons la durant la journée afin d’en vérifier la valeur.

Relaxation : Reprenons une respiration calme, régulière en se concentrant sur nos mains.

 

24 Respiration avec diminution de l’amplitude.

Concentration : Visualisons nous assis sur le bord d’un chemin de campagne, entrons en contact étroit avec le sol. Ressentons le bien avec sa terre, son herbe, ses cailloux peut-être, touchons le. Apprécions les odeurs qui s’en dégage et qui parviennent à nos narines par une brise légère. Ecoutons le chant des oiseaux et prenons conscience que nous partageons avec eux ces mêmes odeurs, ce même air. Allons plus loin, tentons de percevoir ce qui vit à l’endroit même où nous sommes et dont nous ne soupçonnons pas la présence ordinairement (insectes, invertébrés et autres minuscules créatures). Prenons conscience que nous ne sommes pas seul et que leur présence et concrète. Concentrons au niveau de notre thymus un rayon d’amour qui va nous permettre de fusionner avec ce monde et développons une forme de respect pour ce petit peuple.

Relaxation : Revenons à une respiration fine et, doucement, redonnons de l’amplitude à celle-ci.

 

25 Uddhiyanabandha assis (voir supra)

Concentration : Pensons à des personnes qui nous indisposent ou avec lesquelles nous vivons un conflit. Représentons les mentalement, précisément comme s’il s’agissait d’une photo et plaçons cette représentation dans un bel endroit de notre chambre. Chaque soir, avant de nous endormir, pensons à déposer un pétale de fleur et ceci jusqu’à former une guirlande et ce durant 7jours de suite. Puis avant de nous endormir, demandons à notre âme d’aller leur rendre visite avec la plus belle fleur qui puisse être imaginée et ceci en utilisant chaque fois les mêmes mots. Faisons ce travail avec le cœur et surtout pas mécaniquement afin de ne pas imposer quoi que ce soit, ni amour, ni pardon, mais en laissant juste se mettre en place la loi d’harmonie.

Relaxation : Nadishodhana mental.

 

26 Torsion assise 10 respirations

Bras ouverts en croix, avant-bras pointant vers le ciel, mains réceptives, tourner le bust d’un coté puis de l’autre, inspir vers l’arrière, expir en retournant au centre, inspir vers l’arrière de l’autre coté, expir en revenant au centre.

Concentration : Assis, main gauche posée sur le sol, main droite sur le genou paume vers le haut. Faisons taire tout désir et, dans le silence, restons dans le repos du moment présent. Percevons nous simplement comme un point de rencontre (sans nom ni nationalité, ni appartenance à une catégorie sociale, etc..). Nous devenons ce lieu où les forces de l’univers se rejoignent. Laissons les respirer en nous, ressentons notre universalité en fusionnant ; elle nettoie nos cellules.

Main droite sur main gauche au niveau du cœur, là où siègent nos anciennes mémoire, laissons agir nos mains sans rien désirer, sans mesurer le temps. Remercions ce qui est venu nous visiter.

Relaxation : Mains sur les cuisses. Effectuons quelques respirations profondes neutres avec l’intention de nous remplir de nouvelles forces.

 

27 Entonnons le son HU (iu) 21x

Concentration : Nous rendre réellement ou mentalement sur un marché, dans une grande surface, dans le métro, et ceci aux heures d’affluence. Nous déambulons ne craignant pas de nous laisser submerger par les bruits et les musiques de toutes sortes. Peut-être sommes-nous agacés. Laissons faire, sans porter le moindre jugement mais également sans faire naitre en nous l’allure faussement dégagée de ceux qui voient tout de haut et qui ne sont pas concernés. Car justement, nous le sommes. Après quelques instants, nous replierons notre conscience en nous même, en tentant d’y percevoir la circulation de courants de vie se présentant sous la forme d’un bourdonnement ou d’un sifflement au centre de notre crane. Centrons-nous sur sa tonalité tandis que nous continuons à marcher. Plongeons dedans, et tentons de ressentir ce qui nous déplait, nous excède, dans cette foule qui nous englobe. Quelles pensées nous habitent et nous dominent à l‘égard de cette foule ? Soyons conscient de cela, sans passion, et laissons monter un sourire car nous faisons aussi parti de cette foule.

Relaxation : Finalement quittons ce lieu bruyant et revenons en nous même en entonnant 10x le son HU.

 

28 Friction du thymus et du plexus solaire ;

Concentration : Comment exorciser nos peurs et identifier notre fonctionnement dualiste ? Tentons de mettre un nom sur ce « quelque chose » qui ne s’articule pas bien en nous. Toutefois, notre âme sait de quoi il s’agit et en perçoit la forme. Muni d’un crayon et d’un papier, descendons dans notre âme et laissons notre main dessiner la maladie de notre conscience, sans regard ni tension. Juste pour dessiner ce qui nous blesse. Il s’agit ici d’une libération et non d’une mise en accusation. Nous ferons ce travail 7jours durant, et chaque jour soit faisons un nouveau dessin, soit complétons celui qui existe déjà. Au bout des 7 jours, faisons un rouleau de toutes ces feuilles, unissons les à une fleur ou un ruban, et enterrons le tout. Sentons-nous enfin libéré.

Relaxation : Refaisons une série de frictions. Que ressentons nous à présent.

 

29 10 respirations profondes neutres.

Concentration : Durant 7 respirations profondes neutres, faisons monter celle-ci le long de la colonne vertébrale, puis visualisons une fleur au niveau du thymus. Ressentons sa présence, procédons de même au niveau du front (penser à l’hypophyse –pinéale). A présent, visualisons que de chacun de ces 2points part un rayon. Ceux-ci se rejoignent à environ 1/2m devant nous. De leur rencontre nait une nouvelle fois la même fleur. Percevons la clairement ainsi que sa présence, puis doucement la faire venir vers nous. Absorbons la dans notre cœur, ressentons qu’elle nous fortifie et qu’une nouvelle vitalité s’installe en nous.

Relaxation : Laissons-la complètement se dissoudre en nous, reprenons conscience de notre corps et effectuons 10resp profondes positives (rétention poumon plein).

 

30 Bandha traya (voir supra)

Concentration : Après nous être centrés, visualisons un œuf de lumière jaune nous contenir tout entier. Formons réellement cet œuf et ressentons le ; c’est la lumière vivante de notre réalité. Comment est ce jaune ? Qu’elle est sa densité ? N’interprétons pas mais ressentons. C’est une lumière libératrice : à chaque inspire, sentons qu’un voile en nous se lève puis se dissous petit à petit et la couleur devient dorée. Laissons-la se répandre en nous. Prenons conscience que cette couleur, cette présence, sont le germe d’une nouvelle vision du monde et diffusons-la en permanence autour de nous ; son or est notre « oui » au mental supérieur. Désormais efforçons nous de voir les autres, le monde, à travers cette couleur dorée. Ceci nous permettra de prendre de l’altitude et d’avoir une meilleure compréhension des évènements que nous vivons chaque jour.

Relaxation : Reprenons conscience de notre corps, du lieu, et respirons avec le sentiment d’être libre.

 

31 Samavritti 10x (voir supra)

Concentration : Après nous être centrés, prenons un objet qui nous est cher, entre nos mains. Entrons en contact avec lui et laissons-nous absorber par sa présence, sa signification, sa forme, sa matière. Puis imaginons tous les stades de son élaboration que ce soit par l’homme ou la nature. Dans chacune de ces phases, percevons le degré d’ingéniosité et peut-être même d’amour nécessaire à sa réalisation. A présent, posons l’objet devant nous et restons en communication avec lui dans le silence. Que ressentons nous en nous-même (joie, empathie, mélancolie …)

Finalement, transposons-nous dans cet objet et observons nous de son point de vue, que ressentons nous alors ?

Relaxation : Revenons à des respirations neutres.

 

32 Nadishodhana mental (voir supra mais sans les mains, uniquement par visualisation)

Concentration : Après nous être centré, posons notre main droite sur notre cœur. Sentons que son feu réchauffe et vivifie notre paume, à tel point qu’il la transforme en soleil et que chacun de nos doigts peut devenir un rayon de lumière. Prononçons mentalement « ensoleillé ce monde ». Ensoleillons à présent chacun de nos organes, une personne qui nous est chère, sentons que tout notre corps est lumineux et illumine la pièce et tout ce qui s’y trouve.

Relaxation : A chaque inspire, emplissons nous de lumière et à chaque expire sentons nous plus léger, comme soulevé du sol par cette énergie.

 

33 Shanti mudra 10x (voir supra)

Concentration : Imaginons une sphère de lumière blanche au-dessus de nous. Elle descend lentement dans notre être, recevons-la au sommet de notre tête puis dans notre nuque et, sur une expire, laissons la couler le long de notre colonne jusqu’au coccyx. Sentons-la comme un filet d’eau pure et, par une douce et lente inspiration, faisons la remonter par l’avant en prenant conscience de tous nos centres psychiques, qu’elle inonde. Arrivé au sommet du crâne, répétons le processus 7fois. Lors de la 8em descente, nous laissons la sphère se loger au centre de notre poitrine et sentons sa douce lumière vivifier tout notre être.

Relaxation : Eveil de la conscience psychique.

 

34 Centrage (respiration, circulation sang et énergie..)

Concentration : Ressentons l’espace infini qui nous entoure, pensons à l’amour et ressentons un lieu que nous aimons. Tout en prononçant à voix haute ou mentalement, les mots comme amour, j’aime, je t’aime, je m’aime.. Au niveau de notre poitrine, un ressenti se produit alors, prenons conscience que cet amour nous vient de partout et que c’est un océan d’amour dans lequel nous baignons. Pour cette raison, efforçons nous que chacun de nos actes soient guidés par l’amour. Ressentons-le en chaque chose. Puis percevons près de nous une personne aimée, disons lui que nous l’aimons et ressentons cet amour à la fois sur un plan sensoriel et psychologique. Percevons que notre corps génère de l’amour et que celui-ci se répand tout autour de nous dans l’univers. Envoyons à présent un rayon d’amour à la personne aimée qui devient lumineuse, joyeuse, paisible. Faisons de même avec l’univers et ressentons une vague de retour.

Relaxation : Maintenons nous dans cet état, prenons conscience que l’amour, tout comme l’air, possède une texture (palpable) et une structure. Formule de l’ocytocine : C43H66N12O12S2.

 

35 Bandha traya (voir supra)

Concentration : Après avoir ressenti l’océan d’amour qui nous entoure, portons notre attention sur un point situé au niveau du thymus. A cet endroit, ressentons la densité de l’amour. Celui-ci devient alors quelque chose de palpable et concret. Percevons près de nous une personne qui nous est chère et plaçons-la devant nous. Percevons sa présence, sa chaleur, son parfum. Par notre intention et à partir du point ressenti, envoyons-lui une impulsion d’amour. Revenons en nous et ressentons dans ce point la chaleur s’accroitre.

Relaxation : Envoyons cette lumière d’amour dans l’un de nos organes en dysfonctionnement, focalisons nous une dernière fois sur ce point et envoyons de l’amour à toute la terre, voyons la vivre en parfaite harmonie avec l’humanité toute entière.

 

36  Eugène Canseliet nous dit :  « le temps c’est de la matière. »

J. Breyer : «  A l’ origine, le temps est un trait qui en se densifiant a pris une forme puis un volume. »

Les physiciens d’aujourd’hui vont en ce sens : le temps est une fonction de l’espace et se compose de lignes de force, tout ce qui est créé c’est du temps densifié.

Concentration :Ressentons l’espace infini qui nous entoure et dont nous sommes le centre. Procédons de même avec le temps qui devient alors sphéroïdal. Prenons à présent cette sphère de temps dans nos mains, sentons battre son pouls, sa vie. Sentons l’interaction du temps avec tout ce qui nous compose, en sentant battre son pouls dans nos mains. Dans cette sphère, tentons de ressentir le dysfonctionnement de l’une des parties de notre corps. Maintenant, avec amour et rapidité, transformons la sphère en cube (mentalement ou physiquement-avec les mains). Percevons-nous un changement ? Nos sensations sont-elles changées ? Puis retransformons ce cube en sphère et observons ce qui se produit dans notre corps. Refaisons ce même travail avec une personne que nous voulons aider et qui souffre d’un dysfonctionnement ou d’une situation disharmonieuse.

Relaxation : avec respirations profondes neutres.

 

37 Cohérence cardiaque 4/6 10x

Concentration : Après centrage, tentons d’améliorer notre état d’être, notre soi. Commençons par identifier le problème qui nous empêche d’être bien et pour cela revoyons notre vie. Posons à présent les questions : quelle personne ai-je été jusqu’à aujourd’hui ? Qu’aimerais-je changer en moi ? Quelle émotion devrais-je retirer de ma mémoire ? Quel est l’état d’esprit qui suscite cette émotion ? Quelles sont les pensées entretenues qui y concourent ? Admettons nos erreurs, nos échecs. Définissons notre vraie personnalité ; qui voudrions nous véritablement être ? Pour cela, admettons que la seule façon d’y parvenir, c’est de rompre avec nos vieilles habitudes, notre façon de penser et notre comportement. Promettons-le-nous.

Méthode Schultz (cf 1)

 

 

38 Inspirons par le pied droit jusqu’au sommet du crâne en suivant le côté droit de notre corps. Et expirons de même jusqu’au pied gauche. Après 10 respirations, faire de même dans l’autre sens et durant 5 respirations inspirons et replissons nous d’air jusqu’au pied puis vidons nous complètement sur l’expiration.

Concentration : Après avoir démantelé notre vieille personnalité, que faisons-nous lorsqu’une émotion indésirable se présente ? Tentons-nous de la combattre ou plutôt nous réorientons nous ? Dans l’affirmative, à chaque fois que cette situation inconfortable se présente, nous pouvons dire à haute voix « change ».

Ignace de Loyola a écrit au 15e des exercices spirituel. Lui disait que lorsque ça se présente, on peut se tapoter sur la poitrine.

Essayons en créant cette situation, ressentons nous que cela interrompt nos anciens programmes ? Que se passe-t-il dans notre corps ? Nous pouvons à présent mettre en place notre nouvelle personnalité (prochaine séance).

Relaxation : Méthode Jacobson (cf3)

 

39 Exercice d’ancrage 

Inspirer de la lumière dorée par la fontanelle, jusque dans le sol. Sur l’expire elle remplit tout notre corps. X10. Ensuite inspirons de la lumière verte brillante du sol (pieds ou coccyx). Puis les 2 ensembles. 5fois.

Concentration : Maintenant que nous avons trouvé notre modèle, devenons-le. Reconditionnons nous afin d’installer notre nouvelle personnalité. Posons-nous certaines questions : pourquoi ce personnage m’ t-il marqué ? Est-ce du fait de son comportement, de ses qualités ? Définissons notre idéal. Qui aimeraient nous être constamment ? Quelles sortes de pensées aimerions-nous entretenir ? Quels sont les sentiments que nous aimerions développer ? A présent, imprégnons-nous de tout cela et à chaque instant cultivons-le. Il nous suffit d’en avoir l’intention, la volonté et d’être sincère.

Relaxation : 6 premiers exercices du Do-in.

40 Kriya yoga (voir supra)

 

Concentration : Afin de rendre notre nouvelle personnalité vivante, trouvons l’âge auquel nous étions en bonne santé, dynamique, heureux. Ou tout semblait être facile, favorable, bénéfique … Notre âge idéal. Maintenant revoyons l’un des moments marquant de cet âge (activité, réunion d’amis..) et ressentons ce qui se produit alors dans notre corps. A présent abandonnons la scène et ramenons toutes ces sensations dans le présent. Comment nous sentons nous ? Quel est notre état d’âme ? Puis pensons à un projet que nous voudrions voir se réaliser. Voyons-nous dans 5ans tels que nous étions à l’âge choisi, dans la réalisation de notre projet. Vivons cette projection intensément. Revenons enfin dans le présent, enrichis de toutes ces sensations bénéfiques et intégrons ces ressentis. Chaque jour, pensons régulièrement soit à la scène correspondant à l’âge choisi, soit à notre projection dans le futur afin de maintenant cet état de régénération.

Relaxation : Pour terminer, ressentons qu’une douce lumière parcours et remplit tout notre être.

 

41 Samavritti x10 (voir supra)

Concentration : Visualisons une sphère de lumière descendante, traversant notre fontanelle et simultanément, un autre montant de la terre traversant la base de notre colonne vertébrale et qui se rejoignent dans notre cœur ; s’animent dans notre colonne vertébrale. Prenons conscience que celle qui descend a une fonction « père » et celle qui monte une fonction « mère ». Ressentons cette bipolarité complémentaire, ressentons les 3 feux sacrés de la polarité du père : bleu = volonté, rouge =compassion, jaune = intelligence. Portons notre attention sur un anneau vert sombre placé au niveau de l’ombilique et recevons de la polarité mère 5 sons : A, E(é), I, O, U (ou). Ces sons et leur lumière montent jusqu’au plexus solaire que nous visualisons sous la forme d’un carré bleu contenant un soleil orangé. Notre plexus solaire expulse alors les émotions négatives (peur, colère, honte, blâme..). Fusionnons avec le courant de la claire lumière de notre cœur, par une couleur rosée qui remplit tout notre corps, nous entoure et se répand tout autour de nous.

Relaxation : Visualisons et ressentons les courants énergétiques circuler le long de notre colonne vertébrale .

 

42 Kapalabhati x10 (voir supra)

Concentration : Continuons à expanser notre conscience et pour cela, rendons la moins opaque jusqu’à la rendre pure et transparente tel un cristal. Dès lors, prenons conscience que chacune de nos pensées est pareille à une graine que nous plantons et qui donnera du fruit bon ou mauvais. Revivons la journée d’hier et chaque situation marquante. Posons-nous la question : ai-je bien agit ainsi ? Dans l’affirmative, promettons nous de continuer sur cette voie. Dans la négative, corrigeons l’évènement à ce moment et passons au suivant. Après ce travail, sentons nous plus léger, libéré.

Relaxation : Inspirons de l’énergie par la fontanelle, elle remplit notre corps. A l’expire, par nos paumes ouvertes tournées vers le haut, laissons cette énergie nous envelopper et remplir toute la pièce.

 

43 Respirations profondes neutres en ressentant le plaisir de respirer.

Concentration : Ressentons que nous sommes remplis de lumière, accordons nous avec notre âme, source primordiale de la vie. Et avec notre volonté d’être, observons le perpétuel courant de la conscience qui donne naissance aux sons et à toute manifestation. Quelles pensées nous viennent alors ? Toujours dans cet état, quelles actions cela nous inspire-t-il ? Voyons comme nos pensées sont paisibles ainsi que notre vision du monde. Une lumière rosée s’étends à partir de notre cœur et une énergie nouvelle se développe en nous. Ressentons la douceur de vivre dans tout notre corps, dans tout notre être.

Relaxation : A présent relaxons chacun de nos membres, de nos organes et viscères. Sentons l’air sur notre peau puis à l’intérieur de notre corps et finalement prenons conscience que, dans cet état d’être, nous sommes capables, au moyen de nos pensées, paroles et actions, de maitriser tous les évènements, toutes les situations de notre quotidien.

 

44 Rappel des 4 corps. Travail sur l’éthérique 10x : on inspire de l’énergie vitale, à l’expire elle remplit tout notre corps, vivifie nos organes, viscères et cellules.

Concentration : Après nous être centrés, visualisons au niveau de notre cœur, le sceau de Salomon (triangles entrecroisés) et en même temps focalisons-nous sur notre 3em œil. Concentrons-nous profondément et continuellement sur ceux-ci. Ressentons-les physiquement, un sentiment de paix nous gagne. Puis prenons le temps d’imaginer le monde dans lequel nous souhaiterions vivre. Sachons que nous pourrons tout créer, si nous en avons la ferme intention, la volonté et l’intime conviction que ce monde existe déjà. Peut-être ressentons nous l’harmonie qui règne entre les choses et les êtres, l’abondance qui réjouit les cœurs et anéanti la peur du manque. Visualisons nous jeune, en pleine santé, radieux. A présent formons à quelques centimètres devant notre cœur, une sphère dans laquelle nous plaçons notre monde. De notre cœur part un rayon qui irradie notre vision. Physiquement tendons nos mains et saisissons la sphère. Ressentons combien elle vie. Prenons conscience que notre monde, notre futur, n’est nulle part ailleurs que dans nos mains. A nous, à chaque instant, de le construire de manière vivante. Enfin, laissons partir notre sphère dans l’univers.

Relaxation : Goutons encore quelques instants cet état de paix, de bien-être et de joie.

 

45 Kumbhaka avec 10sec de rétention. 5/6fois. (voir supra)

Concentration : Entrons en contact avec le « temple de l’entente » (mémoires âkhashiques, domaine angélique) et pour cela, après nous être centrés, et puisque l’imagination nous donne des ailes, prenons conscience de notre double divin (Akh). Inspirons profondément jusqu’aux pieds et sur l’expire sentons nous de plus en plus légers, retrouvons nous dans un paysages ornés de pins géants et parmi ceux-ci repérons un sentier. Suivons le tout en respirant profondément et débordants de joie. Au sortir du sentier, nous passons entre 2 rochers, au-delà desquels, se trouve un lac clair autour duquel les animaux les plus divers sont rassemblés pour boire. Leur faim ayant été assouvie, leur agressivité est apaisée. Ce lac est l’inconscient collectif dont les eaux guérissent de toute douleur, de toute maladie et souffrance. Approchons nous de la rive, entourée de tous nos proches (familles, amis, collègues …). Là, tous ensemble, jetons 3fois de l’eau du lac sur nos épaules afin de nous laver de nos anciens schémas mentaux, habitudes, etc… reprenons le sentier qui nous mène maintenant au temple lumineux situé au sommet d’une pyramide tronquée composée de 16marches. Gravissons les 1, 2, 3… 16. A l’entrée du temple nous passons sur un pavé mosaïque (noir et blanc) puis à notre gauche se trouve la grande bibliothèque. A notre droite la salle des banquets. Au fond face à nous, une chapelle où brule la flamme de la transmutation. Nous rencontrons à présent les gardiens du temple qui nous demandent quel est notre but, pourquoi nous voulons entrer dans la bibliothèque ; nous leur répondons : « je viens connaitre la nature de mon esprit afin que mes actions puissent bénéficier à tous les êtres. » Ils nous laissent pénétrer dans la biblio et là nous cherchons le livre de vie. Un être lumineux nous aide et après l’avoir trouvé, nous nous asseyons pour le consulter afin que nous puissions affirmer notre but de vie, évaluer nos talents, nos dons, prendre conscience des moyens pour actualiser nos buts. Voyons près de nous, 2 feuilles. Sur celle de gauche notons nos schémas que nous avons dépassés, sur celle de droite, nos buts, nos moyens, nos talents ; et voyons les se réaliser dans 3j, 3mois, 3ans. Puis plaçons la feuille de droite dans le livre que nous remettons à l’être de lumière et brulons celle de gauche à la flamme d’une bougie placée à proximité. Rendons nous ensuite dans la chapelle, recueillons-nous, remercions et enfin rendons nous dans la salle des banquets. Joignons nous aux convives, goutons les plats, et rapportons des fruits de la sagesse afin de les faire gouter à nos proches. Enfin reprenons le chemin de retour, on descend les marches, le lac, les pins. Conscient que notre destin s’est désormais transmuter en destinée.

Relaxation : Détente, en étant certain que désormais tout est sous notre contrôle.

 

46 Kumbhaka 10 sec de rétention 5x (voir supra)

Concentration : Nous avons vu que nous semons tous des graines (pensées) et que nous sommes tous jardiniers. Une fois dans la terre, elles suscitent la qualité même de notre vie au quotidien. Ainsi, être attentif à nos pensées, c’est en quelque sorte s’éveiller d’un rêve. La première étape consiste à nettoyer la lentille de l’esprit avant de nous endormir. Pour cela, depuis notre lit, demandons au clair esprit de se manifester dans notre rêve sous la forme d’actions bénéfiques. Allongés, en nous relaxant, repassons le cours de notre journée à l’envers puis corrigeons en revenant dans l’autre sens. (psychostasie). Avons-nous agit avec sagesse ? Qu’est-ce que la sagesse pour nous ? La bible enseigne qu’elle se trouve à la croisée des chemins. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Si ok, disons « cela va continuer », dans la négative disons « c’est une erreur que je vais corriger dans mon mode de vie. » Visualisons ce moment, cette interaction qui aboutit à une harmonieuse résolution. Finalement, c’est ainsi que dans le présent nous nous corrigeons. Puis affirmons avant de nous endormir, 4x, je vais me rappeler de mes rêves cette nuit. Dès le réveil, les noter.

Relaxation : Do-in massage du visage.

 

47 Départ bras en croix. Ins + expire bras en croix ; Insp on tire les bras vers l’arrière ;

Exp on revient les mains sur le cœur. 10x

Concentration : Après nous être centré, prenons conscience de l’existence de la résonance de notre lumière intérieure. Portons notre attention sur la base de notre colonne vertébrale et percevons une vibration à cet endroit. Souvenons-nous que du sacrum partent 2 spirales d’énergie. L’une soleil, père ; l’autre lune, mère. Elles serpentent le long de la CV jusqu’au crane. Au centre, près du cœur, visualisons 2 triangles joints par le sommet. Par notre fontanelle, pénètre en nous, une lumière arc en ciel. Sentons qu’elle vivifie tout notre corps, notre mental, qu’elle est également purificatrice. Ressentons une paix profonde s’installer dans notre cœur. Visualisons un monde en paix, en harmonie, et dans lequel tous les êtres vivent dans l’abondance. A présent, du centre de notre cœur, envoyons un rayon lumineux au cœur de la terre. Ainsi, communiquons-lui notre rêve de paix, d’amour et d’harmonie puis attendons le battement de retour. Ressentons notre communion avec la terre. Ramenons le rayon en nous, afin qu’il diffuse la connaissance qu’il a reçu de la terre.

Relaxation : Massage des pieds.

 

48 Shanti mudra x5 (voir supra)

Concentration : Imaginons que nous avons encensée la pièce dans laquelle nous sommes aux 4 points cardinaux. Et que, revenu à l’est, nous procédons de même vers le ciel puis vers la terre. Nous baignons à présent dans une atmosphère qui nous incite à la relaxation, la paix intérieure, la concentration. Prenons conscience que tout notre corps, notre être, est un véhicule de lumière bénéfique pour tout ce qui nous entoure, nos relations avec autrui, et ce où que nous soyons, quoique nous fassions dans cet état de paix intérieure. Pensons de manière détaillée à tout ce que nous devons accomplir, et ce jusqu’à notre couché. Dans un esprit de cœur à cœur, dans nos relations avec les autres. Que nos pensées, paroles et actions seront guidées dans un esprit de bienveillance. Lao Tseu dit : «  un mot prononcé avec bienveillance engendre la confiance. Une pensée exprimée avec bienveillance, engendre la profondeur. Un bienfait accordé avec bienveillance, engendre l’amour ». Ressentons le bienfait de cette attitude sur tous les plans de notre être, ainsi que l’envie de vivre cette merveilleuse expérience qu’est aujourd’hui.

Relaxation : Terminons par un auto massage circulaire horaire du thymus et du plexus solaire.

 

49 Respirations profondes, sur l’expire on relâche tout notre corps. X10

Concentration : Descendons dans notre âme et retrouvons tout d’abord la source qui produit nos bonnes et fructueuses intentions. Là se trouve la pensée de l’action juste. Une pierre jaune émet sa lumière et nous invite à rechercher ce qui est bon. Il s’agit d’une topaze. Descendons plus profondément dans notre âme, nous sommes attirés par la lueur rose de la sagesse, au centre se trouve un rubis. Contemplons-le. Enfin descendons encore plus et observons le diamant, pierre de la compassion. Posons-nous la question : quelle est ma vocation sur le sentier de beauté ? Mes pensées, paroles et actions, ma vie, sont-elles véritablement en accord avec ma vocation ?

Relaxation : Focalisons-nous sur notre cerveau et envoyons-lui de la lumière blanche afin de le purifier.

 

50 Tout en respirant calmement, comptons lentement de 10 à 1.

Concentration : Après nous être centré, prenons un cristal de quartz dans nos mains, ou visualisons-le. Approchons-le de notre cœur. Que ressentons nous ? Faisons de lui notre ami. Car songeons que, tout comme chacun d’entre nous, il dispose d’une forme, d’une température, des énergies, d’une mémoire et cette dernière qualité en fait un merveilleux amplificateur de pensée. Pensons à un projet ou à un souhait que nous voudrions voir se réaliser. Puis plaçons la visualisation de celui-ci au cœur de notre cristal. Que ressentons nous alors dans notre cœur ? La circulation de nos énergies est-elle amplifiée ? Tentons à présent une expérience : pensons à un message que nous voudrions transmettre de manière télépathique à l’un de nos proches. Cela fait, confions le à notre cristal en lui demandant de le transmettre à (son nom), tout en visualisant cette personne. Enfin posons le cristal et attendons la réaction de ce proche.

Relaxation : Nadishodhana mental.

 

Compilation et adaptation : Patrick Noblet – Transcription : Célie Nicolas