//Un article paru dans Bio Info sur la Méthode R.E.S.

Un article paru dans Bio Info sur la Méthode R.E.S.

« Vous devriez être le changement que vous souhaitez voir dans le monde. » Incarnant cette célèbre invocation de Gandhi, Patrick Noblet s’est appuyé sur son expérience de vie atypique et ses multiples acquis pour élaborer et transmettre une méthode de développement personnel, pour un changement global. Parce que toute (r)évolution commence par soir… Il sait de quoi il parle !

Une vie de roman. Un roman virant parfois au noir. Telle pourrait se résumer l’existence de Patrick Noblet. Pourtant, c’est du technicolor que nous évoquons en cette lumineuse journée de septembre. Un parcours étonnant qui, entre hauts et bas, ouvre ses ailes sur une renaissance : un changement de vie radical. Loin d’être anecdotique, sa trajectoire personnelle est donfactrice de sa méthode et de l’envie de la transmettre.

Rebonds
Il y a d’abord ce qu’on ne peut pas ignorer : Patrick Noblet souffre de cécité. « Heureusement pas totale », souligne-t-il, philosophe. Son handicap l’amène à développer finement ressenti intérieur et sens kinesthésique. Ado, soucieux de canaliser une énergie débordante, doublée de frustrations, il se tourne vers les arts martiaux (karaté, kung-fu), le qi gong et le yoga. « Ce qui était un handicap au départ est devenu un atout. » Cet apprentissage, il le vit tant au niveau physique que philosophique. Détail de taille, puisque cette réglexion philosophique fait partie intégrante de sa démarche et de la méthode R.E.S., « Rythme, Équilibre, Synchronicité », qui se veut tout à la fois théorique et pratique ; interconnectée et personnelle ; corporelle et spirituelle. Sans doute faut-il également chercher du côté de son handicap pour comprendre sa vocation professionnelle première, tournée vers la justice ; donc tout naturellement des études de droit. Il devient notamment consultant en mobilité et accessibilité auprès de la ville de Paris, de la SNCF ou encore de la RATP (transports en commun parisiens). Mais, c’est dans l’immobilier qu’il réussit (très) brillamment… avant de s’abîmer, au propre comme au figuré. L’abondance de tout lui fait oublier le Tout entrevu… « J’étais passé d’une recherche corporelle et spirituelle, aux plaisirs immédiats du corps. L’argent là, l’âme est restée derrière », partage-t-il. La chute n’en est que plus dure. Il perd tout.

Vivre autrement
C’est à Bruxelles qu’il touche le fond… C’est à l’hôpital qu’il se « réveille ». Et décide de changer de vie. « Je me suis dit : mais, qu’est ce que tu fous là ?… Je me suis rappelé ce que le yoga m’avait apporté plus jeune. Là, il m’a sauvé ! J’ai abandonné le business pour donner un nouveau sens à ma vie. Revenir à l’essentiel, et transmettre acquis et expériences. À mon tour, je pouvais redonner confiance à d’autres. » C’est ainsi qu’est née la méthode Rythme, Équilibre, Synchronicité (R.E.S.). Si elle s’appuie sur différents outils et techniques maîtrisés par Patrik Noblet (yoga, relaxation, visualisation, méditation, massages, automassages, etc.), elle est davantage qu’une somme d’exercices pratiques. C’est une méthode globale qui invite à un changement structurel. « Dans cette société qui finit par nous faire oublier nos valeurs intrinsèques, il est possible de vivre autre chose. Autrement. » explique Patrick Noblet. On pourrait penser qu’il a un compte à régler avec cette époque dévorante et boulimique de matérialisme. Mais sa méthode, active et évolutive, invite au contraire chacun à prendre ses responsabilités, et à ne pas toujours rejeter la faute de ses maux sur les autres ou la société. « Vivre autrement implique un choix. Le chemin que nous décidons d’emprunter dépend de notre libre arbitre et de notre volonté. » Comme son intitulé l’indique, cette méthode vise à retrouver un rythme (naturel) de vie. « Aujourd’hui, regrette Patrick Noblet, nos existences ne sont plus rythmées que par des situations sources de tensions et d’angoisses : précarité, compétition, stress, embouteillages, factures… Cet enchaînement de contraintes – sorte de danse macabre – crée chez chacun un déséquilibre, lui-même étant la cause de l’instabilité générale, et réciproquement. »

Un changement en cinq étapes
Étalée sur 40 heures (dispensées individuellement pour respecter le rythme de chacun et permettre un accompagnement optimal), ouverte à tous, cette méthode de transformation propose une exploration en cinq étapes, calquées sur les 5 animaux du kung-fu. « Le Coq », étape de base, travaille (à l’aide du qi gong, yoga, méditation…) sur la stabilité psychique et invite à une introspection en profondeur. « Il n’y a qu’en touchant à la corde sensible qu’il peut y avoir changement efficace », partage Patrick Noblet. Ensuite, vient « Le Tigre », visant la stabilité physique et la puissance, grâce à certaines postures toniques de yoga et certains exercices d’isométrie ; un travail corporel utilisé notamment par Bruce Lee pour se muscler sans appareil. « Le Dragon » exerce l’élasticité et la souplesse, notamment de la colonne vertébrale (étirements de yoga). Car, qui est souple dans le corps est souple dans la vie… « L’Aigle » travaille sur le déplacement. Via des principes de kung-fu, cette étape invite à prendre conscience de l’espace, à se déplacer sans entraves et à ne plus s’imposer de limites restrictives. L’ultime étape, « Le Singe », globalise la démarche. C’est l’observateur. Postures, relaxations spécifiques invitent à prendre de la hauteur, mais aussi conscience que « gestes, agissements, pensées, mots : tout est source d’effets ». Au final, l’équilibre retrouvé est l’aboutissement d’un travail personnel. « Une réconciliation avec soi-même, les autres et tout ce qui nous entoure », conclut Patrick Noblet.

Carine Enselme

By |2017-12-11T14:07:09+02:00octobre 10th, 2016|Presse|0 Comments